Dans les années 1860, aux halles de Paris, les manutentionnaires portent de gros pulls de laine pour ne pas attraper froid. L’un d’entre eux, entravé dans ses mouvements, décide alors de couper ses manches…

Marcel Eisenberg, bonnetier roannais, produit bientôt en masse ce maillot de corps, le débardeur Marcel ! Il se répand comme une traînée de poudre, Marlon Brandon en fait même une arme de séduction massive. Avec les femmes vient la consécration. Elles adoptent le Marcel sur les cours de tennis ou pour dézinguer de l’Alien mal luné. Entre col Claudine et débardeur Marcel,… Lara Croft a fait le bon choix. En 1980, le débardeur Marcel rentre dans le dictionnaire, peu avant que les Etablissements Marcel soient eux sacrifiés sur l’autel de la délocalisation. Seulement voilà : depuis mai 2019, nous avons, en irréductibles gaulois et sur un coup de dé maîtrisé, relancé la partie. Elle se joue à Roanne, toujours à Roanne, qui porte en elle l’ADN du patrimoine et de l’excellence textile. Le savoir-faire revient en silence mais en laissant Les Tricots Marcel faire le bruit qu’il mérite.

Laisser un commentaire